BLOG / MATERNITE

LES RELEVAILLES

03.28.20

Relevailles ?

Ce terme a de fortes chances de ne rien vous évoquer tant il est ancien et à connotation religieuse. En effet, Le mot “relevaille” vient du terme « se relever » après la période d’accouchement nécessitant du repos… (et pour rendre grâce à Dieu accessoirement) !

Dans la religion chrétienne, il s’agit de la bénédiction accordée à Marie le jour de la Chandeleur, soit 40 jours après Noël.

Ce rite venait du fait qu’à l’époque, la mortalité des mères et des bébés pendant l’accouchement ou post partum étaient très importantes, aussi on leur accordait beaucoup d’attention à nos mamans et c’était bien normal !

On considérait que la mère était en convalescence durant la période suivant son accouchement et on recommandait qu’elle s’occupe de son bébé exclusivement en alternance avec un repos ABSOLU. Rien d’autre !! Bébé et repos, pendant cette période de quarantaine qui durait de l’accouchement à la cérémonie des relevailles ! La mère se voyait donc interdite de s’adonner à ses activités quotidiennes habituelles, les corvées en tout genre, et même une promenade en extérieur n’était pas autorisée ! Eh oui, ça ne rigolait pas les relevailles ! (Presque pire que le confinement pour le Coronavirus !)

Les tâches ménagères interdites étaient donc exécutées par toutes les femmes de son entourage qui se rassemblaient pendant la période entière afin de l’aider. On pouvait compter bien souvent sur la grand-mère, la mère, la belle-mère, les soeurs, les cousines, les voisines et/ou les amies … Un vrai matriarcat à la rescousse !

Au bout du 40e jour, elle pouvait enfin sortir (après avoir reçu sa bénédiction à l’Eglise évidemment : l’Eglise non plus, ne rigolait pas !)

Malheureusement, en dehors de l’aspect religieux, cette tradition a totalement disparue. Pourtant, si ce rituel a existé c’est bien parce que les mères en avaient réellement besoin.

Certes, aujourd’hui les femmes ont des machines à laver, des laves-vaisselle, des réfrigérateurs, des couches jetables et donc un confort que les femmes d’antan n’avaient pas, mais elles ont désormais des vies autrement stressantes, prenantes, oppressantes et exigeantes dans une société anxiogène et inadaptée à l’accueil d’un enfant dans une famille puisque rien n’est mis en place pour faciliter cette transition !

Pourtant aujourd’hui on le sait que le mois voir l’année suivant l’accouchement est crucial !

Comment ne pas comprendre qu’une mère et son nouveau né doivent reprendre des forces, avoir le temps de se rencontrer, de s’apprivoiser, de trouver de nouveaux repères dans cette nouvelle vie chamboulée voir revolutionnée, de se reposer absolument… que la mère sur le plan psychologique et émotionnel à besoin de ce temps là pour mieux supporter les changements hormonaux bouleversants, pour accepter l’état de son corps un peu en chantier, … Comment ignorer qu’il leur faut pour cela du renfort à domicile…?

Le conjoint, la famille et la belle famille aurait un rôle à jouer si au moins on leur laissait la possibilité ! Mais le père s’il a droit à un congé paternité, reprendra le travail à peine 10 jours plus tard ! Je crois qu’on est tous d’accord pour dire que c’est une blague ou une punition peut être pour ces pères à qui ensuite on reproche de ne pas être assez investit dans leurs rôles ? Les grands parents travaillent peut être encore, ou ne sont pas sur place pour pouvoir aider la nouvelle maman…ou alors on ne supporte pas sa belle mère, mais ça c’est un autre problème !

Comment passe t-on de toute une ribambelle de personnes à la maternité (quand tu ne voudrais plutôt voir personne!!) à plus personne du tout !? Comment une mère qui n’est même pas encore remise de son accouchement se retrouve à gérer son bébé toute SEULE ? Ou a devoir laisser son nourrisson à la crèche à peine 2 mois et demi après son accouchement !? Une déchirure pour la maman et le bébé sans aucun doute.. Des bébés toujours malades, vous n’avez pas remarqué ? Oh mais ils font leurs immunité ? Ah les otites et les gastros à répétition ça permets de faire l’immunité d’un bébé ? Permettez moi emmètre un gros doute sur cette phrase bien pratique qu’on lance pour se rassurer.

Combien de femmes faut-il encore en dépression post-natales, en burn out maternel pour comprendre qu’une mère est importante, qu’une mère crée la vie et que si on ne l’aide pas, elle s’essouffle, que si on ne l’aide pas, elle fera des enfants malheureux et inadaptés à cette société qui va déjà mal.

ON EST EN TRAIN D’EPUISER LES MERES !!!

Je pose ça là en grand ..

Et puis quelques chiffres quand même :

  • 1 mère sur 5 tombe en dépression postnatale (à ne pas confondre avec le baby-blues, les prémices bien souvent du stade dépressif),
  • La dépression post-partum survient dans les six mois après la naissance d’un enfant
  • 20% des couples seraient sujet au « baby clash » et exploseraient dans l’année marquant l’arrivée du bébé. L’épuisement, ça vexe, ça rend nerveux, ça rend impatient, ça n’aide pas dans un couple, cqfd !
  • Le risque de suicide est 70 fois plus élevé dans l’année qui suit un accouchement qu’à tout autre moment de la vie d’une femme. C’est la principale cause de mortalité maternelle, bien avant les hémorragies et les infections… Je pose ça là aussi.

N’est-ce pas un indice plus qu’explicite qu’il y a urgence de prendre en charge cette période résolument fragile, appelée le mois d’or en médecine chinoise, voir même ce fameux quatrième trimestre de grossesse, cette phase pendant laquelle le soutien tant physique que moral envers les mères manque indubitablement et qu’il en va de la santé de notre société de corriger ce défaut, car la mère est la fondation d’une société, si elle va mal, tout le reste finira pas s’effondrer avec elle.

Certains pays l’ont bien compris. Les pays scandinaves sont ceux qui accordent le plus d’importance à tout ce qui touche à la maternité et la paternité.. Au canada, le problème s’étant gravement répandu, on voit apparaître des spécialistes des relevailles qui viennent aider les familles à domicile comme les proches le faisaient avant… Désormais, c’est un service payant mais tellement porteur de quiétude… !

Il est temps de considérer les mamans dans nos sociétés. Et c’est d’abord aux femmes de se faire entendre, d’oser enfin admettre et s’admettre qu’elles ont besoin d’aide, de soutien, de temps, de repos et de récupération dans cette période particulièrement prenante qui était avant bien reconnue et qu’on appelait les relevailles.

Alors, qui vote pour le retour des relevailles ?

A mon avis beaucoup de femmes qui n’oseraient jamais parler de ce énieme sujet tabou touchant à la maternité.

Il ne faut pas hésiter à consulter un thérapeute pendant cette période parfois bouleversante. Je peux vous accompagner, experte en relevailles, je vous apporte un soutien psychologique spécifique pendant toute cette période particulière !


« Relevailles » or « Resuscitation » or « churching »

These terms are very likely to evoke nothing to you as it is old and has a religious connotation. In fact, the word “resuscitation” comes from the term « getting up », the recovery phase after the delivery period requiring rest … (and to give thanks to God obviously)!

In the Christian religion, it is the blessing granted to Mary on Candlemas day, 40 days after Christmas.

This rite came from the fact that at the time, mother’s & babies’s mortality during childbirth or postpartum was very high, so we paid a lot of attention to the mothers and it was quite normal I guess !

It was considered that the mother was recovering during the period following delivery and it was recommended that she take care of her baby exclusively alternately with ABSOLUTE rest. Nothing else !! Baby and rest only, during this quarantine period which lasted from childbirth to the resurrection ceremony! The mother was prohibited from engaging her usual daily activities, all kinds of chores, and even a walk outside wasn’t allowed ! Yes, resuscitation was taken seriously ! (Almost worse than containment for Coronavirus!)

Household chores were carried out by a bunch of women all around her for the entire period gathered to help her. The mother could count on the grandmother, stepmother, sisters, cousins, neighbors and / or friends … A real matriarchy to the rescue !

At the end of the 40th day, she could finally go out (after having received her blessing of the church : church was taken very seriously too !

Unfortunately, apart from the religious aspect, this tradition has completely disappeared. However, if this ritual ever existed, it’s simply because the mothers really needed it.

Nowadays, women have washing machines, dishwashers, refrigerators, disposable diapers and therefore a comfort that women did not have before, but they now have lives that are otherwise stressful, involving, oppressive and demanding in a anxiety-suffocating society and so unsuitable for welcoming a child into a family since nothing facilitate this transition !

Yet today we all knows that the month or the year after childbirth is crucial!

How can we fail to understand that a mother and her newborn baby must regain strength, have time to meet, get to know each other, find new landmarks in this new life turned upside down, revolutionized, that they both need absolute rest … that the mother on the psychological and emotional level needs this time to better endure the overwhelming hormonal changes, to accept her body that she must re-build, …

How can we ignore that they need some reinforcement help at home…?

The spouse, the family and the in-laws family would have a role to play if at least they were given the opportunity ! But the father, if he is entitled to a « paternity leave », will have no choice in France to go back to work just 10 days later ! I think we all agree that it is a joke or a punishment of the fathers who are then criticized for not being invested enough in their roles !

The grandparents may still be working or are not closed enough to be able to help the new mother … or you can’t stand your mother-in-law, but that’s another problem !

How do you go from a whole bunch of people to no one to help!? How does a mother who has not even recovered from childbirth find herself managing her baby alone ? Or should you have to leave your baby in the nursery just 2 and a half months after giving birth !? A tear for the mom and the baby without any doubt.. How many babies are always sick, haven’t you noticed? Oh but they are making their immunity ? Really? Otitis and gastroes repeatedly is a good way to immunize a baby? Let me throw a big doubt on this very practical sentence that we keep in ming to reassure ourselves.

How many more women do we need in postnatal depression, in maternal burnout to understand that a mother is important, that a mother creates life and that if we do not help her, she runs out of steam, if we do not help her, she will make unhappy and sick children, unsuited for this society which is already in a bad shape.

WE ARE RUNNING OUT OF MOTHERS ! I put this down here…

And there some numbers :

  • 1 in 5 mothers fall into postnatal depression (not to be confused with baby-blues)
  • Postpartum depression occurs within six months after the childbirth
  • 20% of French couples will be subject to « baby clash » and will explode in the year marking the arrival of the baby. Exhaustion is annoying, it makes you nervous, it makes you impatient, it does not help your couple life indeed !
  • Suicide risk is 70 times higher in the year after childbirth than at any other time in a woman’s life. It is the main cause of maternal mortality, long before hemorrhages and infections … I put that down there too.

Isn’t this more than an explicit indication that there is an urgent need to take charge of this resolutely fragile period, called the « golden month » in Chinese medicine, or this famous « fourth trimester of pregnancy », this phase during which both physical and moral support for mothers is undoubtedly lacking. This is the health of our society to solve this problem, because mothers are the foundation of a society, if they collapse, everything else will collapse too.

Some countries have understood this such as the Scandinavian countries which give importance to everything related to maternity and paternity. In Canada, the problem having become very serious, some new specialists are appearing to help families at home as loved ones did before … Now, it is a paid service but how peaceful it can be for a new mom …!?

It’s high time to consider moms in our societies. And it is ftime for women to be heard, to finally dare to admit that they need help, support, time, rest and recovery in this particularly busy period which was before well recognized and called the « relevailles ».

So now, who votes for the return of the « rescusitation » period ?

In my opinion, many women indeed, those who would never dare to speak of this taboo subject relating to motherhood.


Do not hesitate to talk to a therapist during this upsetting period. Expert in recovery period after birth, I can accompany you with a specific psychological support during all this particular period!

1 comment on “LES RELEVAILLES”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *