BLOG / MATERNITE

LA CESARIENNE EN 25 ETAPES (SPOILER ALERTE)

03.19.20

Attention, je vous avertis, dans cet article vous allez être spoilée, et je considère que les âmes sensibles devraient s’abstenir d’aller plus loin également, car je vais vous expliquer la césarienne en long en large et en travers, enfin… façon de parler !

Comme chaque accouchement sera différent, chaque césarienne le sera également, mais voici néanmoins la trame générale de la manière dont se déroule une césarienne.

  1. Vous arrivez au bloc, préparée si c’était programmé, comme vous êtes si c’est une urgence. Là vous aurez l’impression d’être dans un épisode de Grey’s Anatomy, et je vous souhaite qu’il y ait Dr Shepard pour vous accueillir !
  2. Le père, selon les circonstances, pourra vous accompagner. Il est reconnu que c’est bénéfique qu’il soit présent dans le bloc, tellement même, que l’on donne moins d’anesthésiants à une mère accompagnée par son conjoint, qu’une mère seule… Néanmoins il faut bien comprendre que certaines situations ne le permettront pas, comme souvent pour une césarienne en urgence vitale ou si le conjoint sort d’une soirée bien arrosée .. Car avoir un conjoint qui risque de poser problème dans le bloc est dangereux et donc le risque est rarement pris et on le comprend très bien. Néanmoins quand c’est une urgence c’est là que c’est difficile pour la mère car non seulement elle part en césarienne, elle a peur, voir même elle panique et elle se retrouve seule sans accompagnant, à vivre cette épreuve et ce moment de vie incroyable, seule ! Enfin plus pour très longtemps !
  3. Il y a beaucoup de monde dans le bloc et ça va un peu dans tous les sens, chacun sa tâche, sa mission. Tous ces professionnels qui s’agitent autour de vous, la série « urgence » mais en vrai quoi !
  4. On commence par vous faire une Rachi-anesthésie ou péridurale si vous ne l’avez pas eu avant (si vous étiez en travail par exemple) ou dans le pire des cas, une anesthésie générale. Mais je vais parler d’un cas classique ici, donc rachi-anesthésie. Ne regardez pas l’aiguille, pensez à votre bébé, c’est pour lui que vous êtes là. Mais non ça ne fait pas mal !
  5. On vous attache ensuite les bras et les jambes, puisque sous l’effet de l’anesthésie, vous ne pourrez plus contrôler vos jambes qui risqueraient de tomber, un peu gênant pendant ce genre d’opération nécessitant une certaine précision, évidemment ! Certaines auront la chance de ne pas avoir les bras attachés, on vous branchera juste les cathéters et autre, donc vous serez reliée à des fils, ce qui équivaut à peu près à être attachée mais en plus libre quand même.
  6. Bien sûr j’oubliais un détail glamour mais non négligeable, on va vous poser une sonde urinaire… Ben oui sinon c’était pas drôle ! Ou alors plus tard en salle de réveil si c’est vraiment une urgence vitale !
  7. Bref, tout cela dans la position de « Jésus crucifié sur sa croix », l’action va enfin pouvoir commencé sauf que vous on va vous cacher tout ça en montant un grand champ opératoire juste devant votre visage ! Vous n’aurez pas l’image, mais pas d’inquiétude vous aurez encore le son et le reste de vos sens très actifs ! Et puis, vous aurez tout le loisir de scrupter le champ opératoire dans les moindres détails ! Amusant non? Non. Bon. Je continue.
  8. L’action commence enfin ! Je dis enfin, mais en général c’est ce qu’on redoute : que ça commence ! L’instant un peu gore est arrivé, âmes sensibles s’abstenir… Le chirurgien incise d’abord votre peau au niveau du pubis, puis il écarte bien les muscles (voila comme ça!), puis au tour du péritoine, une belle incision… Evidemment, je dis ça comme si c’était une recette très facile : vous coupez les carottes, les courgettes, là vous réservez et hop on coupe les oignons… Bon quand je dis il incise, c’est pas genre hyper simple, c’est précis ! Il faut qu’il fasse attention à ne pas inciser la vessie ce qui serait assez grave, ou la tête du bébé et là ça dépends si vous le vouliez vraiment en forme ou pas ! Bref, c’est pas fini, il va encore inciser l’utérus.. là, il va aspirer la poche des eaux et enfin, il va tirer le bébé à l’extérieur de votre utérus, tout cela par une ouverture d’une dizaine de cms. Pour y arriver, ils vont vous appuyer bien comme il faut sur le ventre mais aussi vous donner l’impression de vous faire passer dans une machine à laver tellement votre corps bouge dans tous les sens, avec parfois un petit bruit de sèche cheveux ! Ah y a de l’ambiance, je vous avais prévenue !
  9. et enfin, si vous êtes avec une équipe sympa, on baisse le champs et là non seulement vous allez entendre le 1er cri de votre bébé mais en plus vous le voyez sortir .. Et ça croyez moi c’est LE moment merveilleux et on oublie même qu’on est dans un bloc opératoire. (enfin presque !)
  10. et voila pour la césarienne ! durée environ 10-15 minutes !

Nb : Il faut bien comprendre que vous sentez sans souffrir outre mesure, vous entendez les sons, peut être sentirez vous quelques odeurs, mais vous ne voyez rien. Donc vos 4 autres sens sont sur-activés ! C’est l’instinct de survie, tout est normal.

Conseil : Pendant qu’on sort votre bébé, vous pouvez vous concentrer pour « pousser ». C’est une poussée symbollique pour « accoucher » … Cela aide de nombreuses femmes à ne pas se sentir dépossédée de leurs accouchements et d’avoir l’impression de rester actrice dans ce moment où l’on est malheureusement assez passive voir qu’on subit. C’est donc une très bonne chose de le faire, vous n’êtes pas obligée de le dire si l’obstétricien ne pratique pas cette forme de césarienne, c’est entre vous, votre corps et votre bébé que ça se passe. Cette méthode dites « césarienne naturelle »est de plus en plus utilisée pour ses prouesses bénéfiques psychologiques et d’autres techniques font leurs apparitions dans cette approche plus active de la césarienne, comme le « souffleur » ou « le winner flow » de Guillarme qui permets une participation active à l’expulsion du bébé. De quoi espérer de grandes progressions sur cet aspect dans les années à venir.

On continue car ça ne s’arrête pas là !

12. Sort enfin celui ou celle qui deviendra très vite l’amour de votre vie, il est né le divin enfant ! (Oui cet article est très porté sur Jésus apparemment !) Là, on vous le présente, si il va bien et que vous en avez la force (car attention aux vomissements, nausées, et malaises en tout genre!), on vous le pose juste devant le visage, histoire de le voir en gros plan (un peu plus intéressant que le champ opératoire quand même !)

13. pendant ce temps le chirurgien entreprend un « atelier couture » pour refermer l’utérus, le péritoine, vos abdos et votre peau.. Prévoyez une bonne demi heure ! De toutes façons votre cours de danse du vendredi il vaut mieux l’annuler à ce stade !

Durée totale de l’opération environ 30 minutes.

Nb : La rencontre avec bébé est un moment merveilleux mais je dirai aussi que selon les circonstances la rencontre peut ne pas se passer comme prévue. En césarienne d’urgence absolue, on peut être en état de choc, et comme un animal blessé se sentant en danger, on peut avoir du mal à accueillir sur le moment son bébé. Surtout que ça va très vite, trop vite, on a même pas le temps de dire ouf qu’on nous sort un bébé comme d’un coup de baguette magique : « tah dah ! Voila votre bébé » ! Il ne serait pas anormal que vous ne réagissiez pas comme vous le feriez dans des circonstances classiques et non stressantes. Aucune culpabilité à avoir si c’était le cas. Vous n’êtes pas une mauvaise mère pour autant ! C’est dit !

14. Votre bébé ne restera de toutes façons pas longtemps car le bloc est froid et il doit passer des tests. Et vous, c’est couture, point par point !

15. C’est là que commence la phase 2 du lâcher prise : accepter que vous ne puissiez pas vous occuper de votre bébé, supporter de ne pas pouvoir être avec lui, qu’il soit dans les bras de quelqu’un d’autres alors qu’il n’était qu’avec vous jusqu’alors. Il est en soin puis il ira dans les bras de votre accompagnant, et vous ne les verrez pas pendant une demi heure, 3/4 d’heures voir plusieurs heures selon qu’ils ont pu vous attendre en salle de réveil ou seulement dans votre chambre …

16. Mais parlons de vous, car la césarienne ne s’arrête pas là. Non non. Vous allez enfin sortir du bloc, mais en salle de réveil l’expérience continue ! On va venir vérifier l’état de votre utérus, vos saignements, on va vous appuyer sur le ventre toutes les demi-heures, et vous pendant ce temps, vous allez avoir votre propre réaction à tout ce qui vient de se passer. Vous pourriez trembler intensément, avoir des sueurs froides, des démangeaisons, des vertiges, des vomissements… tout est possible ! Et évidemment fatiguées, épuisées par cet épisode de grey’s anatomy dans lequel vous avez été le guest rôle principal. Classe!

17. la frustration peut commencer à monter de ne pas avoir votre bébé. Vous pourrez sans doute le tenir dans vos bras, ne serait-ce que pour lui donner la 1ère tétée. Mais je préfère prévenir, vous pourriez ne pas être tellement en état et avoir la sensation de ne pas pouvoir le tenir très longtemps et encore moins de l’allaiter et là pas d’angoisses, pas de jugement, vous venez de vivre un sacré chamboulement !

18. votre bébé va être nourri par une puéricultrice (si vous n’êtes pas en état) et vous aurez dans quelques heures tout le loisir de vous rattraper.

19. Vient ensuite le temps de remonter dans votre chambre.. Soit vous retrouverez votre enfant et le papa, soit ils vous suivront si vous avez eu la chance qu’ils vous tiennent compagnie en salle de réveil.

20. Si vous le pouvez surtout dormez, reposez-vous autant que possible !! Votre enfant en général va dormir après tant d’émotions donc surtout profitez en … ça ne durera pas, je préfère vous prévenir !

21. Quelques heures plus tard, on viendra vous enlever la sonde urinaire.

22. Puis vous pourrez vous lever avec de l’aide bien sûr, pliée en deux (et pas de rire !). Là, sentez vos limites, surtout ne forcez pas, la douleur vous indiquera l’amplitude, possible ou non, de vos gestes. Respectez votre corps qui vient de subir une rude épreuve quand même. J’ajoute que vous bénéficiez encore de la rachi et qu’on va vous donner des anti-douleurs et anti inflammatoires ce qui pourrait vous donner l’impression d’être en super forme sauf que la réalité est toute autre, donc n’entreprenez pas un grand ménage de printemps dans votre chambre, au contraire ménagez vous plutôt ! Restez au calme, reposez-vous, reprenez des forces et admirez votre « oeuvre ». Point.

23. A ce stade, vous allez être dans les couches culottes… Non non pas que pour bébé pour vous aussi, et croyez moi il vous faudra de la protec’ de compète car vos menstruations absentes pendant 9 mois, font leurs grands retour et rattrapent indéniablement le temps perdu. Et elles ne font pas semblant.. compter bien 5 à 8 semaines en intensif ! C’est un marathon vous vous rappelez ? Vous êtes fortes, vous êtes capables, courage !

24. Au niveau de la cicatrice vous aurez un grand pansement. Et en dessous la cicatrice bien agrafée. N’ayez pas peur, tentez de ne pas la « rejeter ». Elle est là de toutes façons, et cette cicatrice a sauvé votre vie et celle de votre bébé, sans exagération, donc il n’y a pas à la rejeter. Accueillez la même ! Puisqu’au plus vous rejetterez l’acte en lui-même et cette cicatrice, au plus vous risquez qu’elle s’infecte ou se déforme. Ça serait dommage puisque à terme une jolie cicatrice ne se voit quasiment plus au bout de quelques mois !

25. Dans quelques jours on vous retirera le pansement, puis les agrafes. Retirer les agraphes ne fait absolument pas mal, quelques picotements tout au plus et je suis une grande douillette donc croyez moi sur parole : même pas mal !

Et voila, c’est tout ce qu’il faut savoir sur la césarienne. Vous voyez ce n’est pas si terrible ! Nous avons la chance maintenant d’avoir des césariennes avec la réhabilitation améliorée + des petites techniques qui font leurs entrées pour encore plus de naturel dans ce moment qui peut faire des déçues.

Alors oui, on a un peu mal, on est pliées en deux, c’est difficile de se relever de son lit, mais votre bébé est là, en bonne santé quand à une autre époque, personne n’aurait survécu…

et c’est ce qui compte à la fin non?!

Vous pouvez être fière de vous, c’est un miracle et vous avez aidé à ce que se miracle se produise.

Derniers conseils :

  • faites vous aider au maximum.
  • Si vous allaiter, au bout de 5 jours vous n’aurez plus droit aux anti-inflammatoires… il est possible que vous ayez plus de douleurs mais ça sera supportable. De toutes façons, après ce que vous venez de vivre, plus rien ne vous fait peur, non?

Bienvenu dans le club des césarisées, des wonder womans, des super mamans !

N’oubliez pas, vous êtes fortes, vous êtes capables !

GIRL POWER !

Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur le site cesarinne.fr ou me contacter !

Si vraiment vous vous sentez mal, voir même traumatisée, que vous vous repassez le film de votre césarienne en boucle, que vous pleurez, que vous perdez tout intérêt pour votre bébé,… faites vous aider, consultez, surtout ne restez pas comme ça. Parlons en ensemble !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *